« Je vais mourir! »

Maintenant que j’ai votre attention je vais pouvoir vous expliquer que cette phrase je l’ai prononcé le jour de mon accouchement. Pendant une contraction que j’ai senti au plus profond de mes entrailles. Non je n’étais pas entrain de mourir. Mais c’était la douleur la plus intense que je n’avais jamais ressenti. Honnêtement j’avais l’impression que mon âme quittait mon corps. Mais là n’est pas le sujet. Aujourd’hui on va parler de ce qui se passe dans nos utérus et du fait que ça ne regarde que nous.

Au moment où j’écris ces lignes, on fête le premier anniversaire de ma première merveille. Mon fils bien aimé. (Bon c’était en Avril …). Sans aucune objectivité parentale, mon fils est une merveille OUAIS ! Je l’ai fabriqué dans mon giga utérus dooooooonc selon la théorie parentale de la perfection de nos progénitures nos enfants sont parfaits. Comme nous sommes tous les enfants de quelqu’un, c’est mathématique : nous sommes tous parfaits ! Mais avoir un enfant n’est pas une mission facile. C’est une responsabilité incroyable. On élève un être humain qui aura soit un impact positif chez les autres, soit un impact négatif. En élevant un enfant on participe à la dynamique du monde. Et puis on n’est plus tout seul!

Quand je me suis mariée en 2017 j’avais 22 ans. C’était l’été de mon passage en M2 (Master 2). Avoir un bébé … euh Nan FBI (les 2000 et les vieux, ça veut dire Fausse Bonne Idée, fallait écouter Fatal Bazooka). Donc, j’avais déjà du mal à me réveiller pour MOI, alors pour quelqu’un d’autre, noooooon je n’étais pas encore prête.
Tous les matins : « est ce que j’ai vraiment besoin de ce diplooooooome » ?

Mais chez nous làààà comme j’étais mariée = JE DEVAIS PONDRE UN ETRE HUMAIN HOP HOP HOP
« ALLEZ N’ATTEND PAS TROP LONGTEMPS ! » « BAH TU FAIS PAS ENCORE DE BÉBÉ » « BAH ALORS TU N’ES PAS ENCEINTE » « MAIS MA CHERIE FAIS VITE UN BÉBÉ À TON MARI » …

eh bah eh bah eh bah …

Au début je le vivais mal. Très mal. TRÈÈÈÈS TRÈÈÈÈS MAL. Une fois j’ai reçu un appel d’une personne. C’est même pas de l’entourage proche. Quelqu’un loin là baaaas. Pas de « comment se passe les études ? » « Comment tu vas? » « Comment ça va la santé? ».

Elle a dit deux points ouvrons les guillemeeeeeeets « Bassi ouketsi tou vavo raha kousi dza ata lini ? »

Ce jour là j’ai vrillééééééé DANS MA TÊTE !! j’étais chaud prêt à me battre pour défendre mon utérus « Who are you??? Non mais quel culooooot« . MAIS … je n’étais pas prête à mourir pour cause d’impolitesse ! J’ai dis poliment, comme la bonne petite fille que j’étais, « ehehe (petit rire mal à l’aise) non pas encore. je finis mes études d’abord je travaille un peu et …« . Vous imaginez bien qu’elle ne m’a pas laissé finir et que j’ai eu droit à une thèse sur pourquoi je devais absolument avoir un enfant maintenant, selon elle.

Vous doutez aussi que si l’entourage éloigné s’y attelait, l’entourage proche aussi. Alors au début c’était à base de discussions polies où j’expliquais gentiment que « non je suis en étude j’ai envie de finir mes études ET ENSUITE ON VERRA. » « NON Je ne suis pas prête à élever un autre être humain. » « Non je ne suis pas prête à faire sortir un humain de mon utérus … » Mais non j’avais toujours droit à des présentations power point de pourquoi je devais faire un enfant maintenant.

Pour ma mère et ma belle-mère l’envie être grand-mère était présent. Je comprenais même si c’était dur de les avoir sur le dos souvent. Il y a eu des conflits. Il y a eu une période où j’avais arrêté de répondre à leurs appels. C’est d’ailleurs pas évident de leur faire comprendre que ça ne se fait pas. ça ne les concerne pas. Mais bon « c’est comme ça que ça a toujours été » selon certains.

Mais les autres là « VOUS-VOULEZ QUOI? WHO ARE YOU? ON A ELEVÉ LES POUJOU ENSEMBLE*? QUI ETES VOUUUUS? » YAAAA QUOOOOI ? EXPLIQUEZ MOOOOIIIIIII?

On ne sait pas ce qu’une personne traverse dans sa vie.
Personne ne va venir nous raconter qu’elle est à sa 3ème fausse couche en moins d’un an.
Personne ne va nous dire qu’on vient de lui diagnostiquer une maladie qui la rend potentiellement infertile.
Personne ne vous le dira. On ne vous dira rien. Parce que cela ne nous concerne pas.
Ce qui se passe dans les vagins des autres n’est pas notre affaire.

Je me rappelle encore de la tête d’une amie de ma mère qui vers les 6 mois de mon fils a commencé à me dire « N’attend pas trop longtemps pour ton deuxième parce que vous les jeunes d’aujourd’hui … » je l’ai coupé et répondu « Ini dzini yanguou* je fais ce que je veux« . (traduction : *C’est ma chatte, j’en fais ce que je veux).

En tant que nouvelle génération, on se doit aussi de rappeler à nos aînés que non « ce n’est pas parce qu’on l’a toujours fait que c’est quelque chose de bien à faire« .
Pourquoi aurions-nous le droit se savoir ce que mazette et kéké de tel et telle font ? Qui sommes-nous ? Pourquoi avons-nous besoin de devenir des conseillers en procréation?
Que ça soit ta soeur, ta fille, ta nièce, tante, grand-mère … NO NO NO NOOOOOO !!! NOOOOOOO!!

« Affaire ya dzini na mbo mtrou ka nguiya »
« traduction: Affaire de vagin et penis, on ne s’en mêle pas »
Ce MANTRA DOIT ETRE VOTRE FEUILLE DE ROUTE CONCERNANT LA VIE DES AUTRES. Okaaay???

Aussi à chaque fois que j’entends autour de moi des personnes poser des questions si untel ne fait pas encore de bébé, je réagis. J’insiste toujours sur le fait qu’on ne sait pas ce qui se passe dans la vie de cette personne. On ne sait pas POURQUOI elle ne fait pas d’enfant maintenant.

Et surtout peu importe les raisons on a le droit de ne pas avoir envie de faire un enfant immédiatement. On a le droit de ne pas avoir envie de faire d’enfant tout court.

Vous savez, de plus en plus de personnes (hommes et femmes) affirment qu’elles ne veulent pas d’enfants. Ce phénomène s’accentue dans les sociétés occidentales. Elles ne ressentent pas l’envie ni le besoin. Je me pose souvent la question si dans notre société comorienne (au sens large de l’archipel des Comores), des personnes n’ont pas cédé à cette pression sociale de faire un enfant alors qu’elles n’en voulaient pas. La réponse est : très probable, on ne va passe mentir.
Mais alors quelles conséquences cela a eu sur leur relation avec leurs enfants? On a vu et on voit encore des cas de mère maltraitantes à un niveau de violence extrême sur leurs petits depuis leur plus jeunes âges : pourquoi ? qu’est ce qui mène à tant de violence ?
On ne saura probablement jamais la réponse …

Parce que non une mère n’aime pas automatiquement son enfant.
ce n’est pas parce que tu as mis au monde un enfant que tu l’aimes de tout ton coeur automatiquement. Il y a une dimension psychologique beaucoup plus complexe autour.
Lorsque celui-ci n’était profondément PAS désiré, cela peut avoir de lourdes conséquences sur la relation mère-enfant. Cela peut conduire à des meurtres, des abandons, de la maltraitance très violente. Je ne dis pas qu’une grossesse non désiré mène vers de la maltraitance, je dis que ÇA PEUT prendre cette direction !

Déjà on le voit chez des femmes qui désirent avoir un enfant et un lien mère enfant complexe qui se crée voir ne se crée pas alors quand celui-ci n’est pas désiré … je vous laisse imaginer les dégâts.
Je ne sais pas comment cela est vécu chez les hommes alors je ne m’aventurerai pas sur le sujet.
Donc … et si nous réfléchissons et arrêtions d’être indiscrets ?

Ne soyez pas dupes, encore beaucoup de personnes font les choses à cause de la pression sociale. Elles vivent une vie, non pas qu’elles ont choisi mais que la société leur a choisi et essaye de leur imposer. Et malheureusement peu de personnes arrivent à casser ces codes et vivre la vie qu’elles rêvent de mener. Parce que le regard des gens est encore TROP important dans notre société.

Quelle vie mènes-tu aujourd’hui ? La tienne ou celle d’une autre personne ?
affirmes-tu tes décisions ?
Ce que vont penser les gens, est-ce si important ? Pourquoi?

Ne pas prendre de décision, c’est prendre une mauvaise décision et c’est surtout laisser d’autres personnes décider pour nous.

Si un jour vous devez devenir parent cela doit être parce que vous l’avez choisi, parce que vous en avez envie. Parce que c’est votre décision.

Sur ces mots, je vous envoi beaucoup d’amour ❤

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. ALI dit :

    L’article est très intéressant, grosse force à vous ✅

    J'aime

  2. elisamarnet dit :

    Tres bon article. J’ai prononcé cette phrase aussi. Lors de mes deux accouchements pour des raisons différentes 🙃. Et sur le coup jy ai sincèrement cru

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s